Les Visages de l’Humanité

Grand format

Où le feuilleter

Où se le procurer

Format papier

Format électronique

Synopsis

Partout sur la planète, des cadavres sont retrouvés dans des body bags. Entre leurs mains, un sachet de thé. Les Tea-Baggies… Ce qui frappe le plus ceux qui les voient, c’est la disparition de leur visage ! Un groupe antimusulman en réclame la paternité : les Tea-Baggers…

À Montréal, un militant de Gaz de Shit est brutalement assassiné. Contre toute attente, les soupçons se portent sur Victor Prose, un écrivain qui collabore avec l’organisation écologiste. Son ami, l’ex-inspecteur Gonzague Théberge, peut difficilement lui venir en aide : maintenant retraité, il est lui-même en butte à l’hostilité du nouveau directeur du SPVM.

Mais un malheur n’arrive jamais seul. La femme de Théberge est victime d’un attentat terroriste ! Les Tea-Baggies se multiplient. Tout comme les manifestations de Neutralize Wall Street et d’autres groupes d’Indignés extrêmes. Un autre membre de Gaz de Shit est assassiné. Théberge est à son tour soupçonné de meurtre.

Prose et Théberge, aidés de quelques amis, tentent de trouver ce qui relie tous ces attentats, de découvrir à qui ils profitent. Dans leur quête, ils seront aidés par la mystérieuse Natalya, la nouvelle amie de Prose. Sauf que celle-ci, à l’insu de tous, est une tueuse professionnelle.

Quelle est sa vraie mission ? Pour quelle raison a-t-elle approché Prose ? Pourra-t-elle l’aider à démêler cet écheveau de complots avant que l’étau ait fini de se resserrer sur lui et sur Théberge ? Le désire-t-elle seulement ?

Presse et critiques

Commentaires

  1. Irène Durand

    Nous avons une vie pour nous libérer de nos illusions. Ce livre permet une accélération du processus. J’ai consacré deux jours de ma vie à ce travail de libération, tout en savourant un banal vin français. J’ai apprécié la vaste culture de l’auteur qui possède le don de me faire sourire.
    J’ai sans doute manqué de perspicacité ou d’attention car je n’ai pas compris ce que viennent faire les sacs de thé. Par contre je soupçonne qu’un prochain volume m’éclairera sur l’art du thé.
     » L’Art de la vie consiste en une réadaptation constante au milieu. Le taoïste accepte le monde tel qu’il est, et, contrairement au confucianistes et aux boudhistes, s’efforce de trouver de la beauté dans notre monde de malheur et de tracas. »
    in LE LIVRE DU THÉ, de Okakura Kakuzo, Dervy-livres, ed.1984, p.51

Laissez un commentaire sur cette page

Votre adrelle ne sera pas publiée.


*