Écrire pour inquiéter et pour construire

Où se le procurer

Format papier

Synopsis

Une réflexion sur l’écriture élaborée à partir des questions les plus fréquemment posées à l’auteur et regroupées par thèmes formulés sous forme de questions: Comment ai-je été amené à l’écriture?…… Par quelles étapes passe le texte?… Pourquoi ai-je choisi de raconter des histoires?… Comment se déroule le travail d’écriture?… Pourquoi est-ce que j’écris?…

Texte écrit dans le cadre de la collection «Écrire», des Éditions des Trois Pistoles

Presse et critiques

« Jean-Jacques Pelletier nous convie avec ce livre, à une réflexion sur l’écriture et le besoin d’écrire, ainsi que du parallèle avec sa propre écriture. Il est bien intéressant de connaître le processus de création de l’écrivain, principalement car j’admire beaucoup le travail de cet auteur. Ses livres sont captivants et on a du mal à les laisser. (…) À découvrir, surtout si comme moi, vous aimez l’auteur! 9/10 »

La bibliothèque d’Allie, 16 août 2004

« Dans l’essai Écrire pour inquiéter et pour construire, une réflexion sur l’écriture publiée en 2002 aux Éditions de Trois-Pistoles, Jean-Jacques Pelletier s’explique sur les notions de réalisme et de vraisemblance. »

Caroline Montpetit, « Jean-Jacques Pelletier – Trafic d’influence », Le Devoir, 28 février 2004

«…la comédienne s’empresse de préciser que le dépaysement n’est pas une condition sine qua non de son appréciation d’un polar, comme en témoigne son admiration pour Jean-Jacques Pelletier, dont les thrillers aux enjeux planétaires sont résolument ancrés dans notre Québec contemporain. « Je suis vraiment une fan. J’ai recommandé la lecture des romans de la série “ Les Gestionnaires de l’Apocalypse ” à ma mère et à tous mes amis. J’ai aussi lu avec le même plaisir, la même fascination, son essai, Écrire pour inquiéter et pour construire. »»

Stanley Péan, « Macha Limonchik : La livre, les livres », Le Libraire, 17 juin 2004

«Dans Écrire pour inquiéter et pour construire, le talentueux auteur de roman à suspense, Jean-Jacques Pelletier, explique qu’il écrit « pour mettre des images sur [ses] peurs les plus profondes, comme si cela pouvait les exorciser ».»

Marie-Josée Martin, « Écrire c’est… [3] », 18 août 2010

Laissez un commentaire sur cette page

Votre adrelle ne sera pas publiée.


*